Eytan Bensoussan : redéfinir la raison d’être des activités bancaires

Image for post
Image for post

Phil Siarri s’entretient avec Eytan Bensoussan, co-fondateur et PDG de Ferst Digital, une start-up fintech montréalaise qui bâtit une plate-forme bancaire entièrement mobile basée sur une interface de programmation applicative (API). Cette plate-forme a pour but d’aider les start-ups et les petites entreprises à gérer leurs finances et intégrer tous leurs produits et services financiers de manière simple et intuitive.

Bonjour Eytan. Peux tu nous parler de ton experience professionnelle et ton entreprise Ferst Digital?

Image for post
Image for post

Je viens d’une famille d’entrepreneurs et d’universitaires. Mes grands-parents ont tous bâtit leurs propres entreprises à partir de zéro. Mon père est professeur et ma mère est enseignante à l’école élémentaire. En conséquence, j’ai toujours privilégier les études, mais en meme temps profondément intéressé par entrepreneuriat. Après l’école, j’ai passé cinq années merveilleuses chez McKinsey & Company, où je me suis spécialisé dans l’experience client numérique dans les institutions financières. C’est grâce à plusieurs de mes projets que j’ai appris le fonctionnement du secteur financier.

Ferst Digital est le point culminant de plusieurs de ces expériences. J’ai une compréhension intime des startups et des petites entreprises, ainsi que la douleur qu’elles ressentent quand elles interagissent avec les banques ou toute forme de gestion financière. Ferst Digital est en cours de construction pour éliminer la source de cette douleur. Nous sommes en train d’établir des partenariats avec une institution de dépôts canadienne entièrement autorisée et, ensemble, redéfinir l’objectif d’une banque du point de vue du client. Pour nous, une banque moderne devrait être la première ligne de défense contre la douleur de la gestion financière — et non la cause de celle-ci.

Nous construisons une plate-forme bancaire pour le monde qui émergera au cours de la prochaine décennie. Les start-ups et petite entreprises veulent une expérience nouvelle. Elles veulent avoir accès à tout service ou produit financier, quand elles le souhaitent, et ne s’attendent pas à ce que leurs choix soit limité par un fournisseur unique. Enfin, elles veulent de la création de valeur lors de chaque interaction. Nous comprenons ces valeurs et nous voulons que les banques le fassent aussi.

Tes co-fondateurs Jay et Dom Ferst sont des personnalités bien connus de la communauté fintech canadienne. Comment vous êtes-vous rencontrés et devenus partenaires en affaires?

Quand l’univers essaye de vous dire quelque chose, parfois vous devez écouter. Quand j’étais dans la phase de remue-méninges autour de mon idée, je parlerais à tout le monde et à n’importe qui qui me parlerait au sujet de comment ils ont commencé. À la fin de chaque conversation, je demanderais aux gens, “A qui d’autre devrais-je parler?”. Au cours de quelques mois, quelques personnes influentes m’ont dit d’entrer en contact avec Jay et Dom. Je ne savais pas qu’ils étaient passionnés par tant de choses que je suis. Nous avons passé quelques mois à travailler ensemble pour voir si l’alchimie était bonne. Elle a fini par être superbe. Donc nous avons décidé de fonder Ferst Digital et “the rest is history” comme on dit en anglais.

Qu’est-ce qui rend les petites et moyennes entreprises attrayantes pour une entreprise de fintech? Quel est l’impact de la fintech sur la vie des gens ordinaires?

Nous procédons à l’ingénierie inverse de tous nos éléments de stratégie, d’économie et de produit de nos clients à l’envers. Nous avons interviewé près d’une centaine d’entrepreneurs en Amérique du Nord pour tester nos hypothèses autour de l’origine de leurs plus grandes sources de douleur. Ce n’était pas étonnant que beaucoup provenaient de leurs banques et les nombreuses tâches de gestion financière qui émergent dans leur vie quotidienne. Cette douleur peut être fatale. Nous avons vu des études qui montrent que plus de 80% des petites entreprises échouent en raison de la mauvaise gestion de trésorerie. Dans cet esprit, nous voyons la fintech comme un mouvement audacieux que nous avons rejoint qui pose des questions difficiles sur la façon dont le système financier devrait fonctionner.

En facilitant la construction et le maintien des entreprises au Canada, notre pays peut réaliser d’importants progrès sociaux. Les petites entreprises alimentent la prochaine génération de chefs d’entreprise en particulier les femmes et les professionnels issus des communautés visibles. Elles offrent aux immigrants la possibilité de recommencer leur vie. Elles sont également l’un de nos meilleurs plans pour renverser l’écart d’inégalité des revenus qui s’est creusé au cours des dernières décennies. Notre innovation permet aux petites entreprises d’être plus efficaces et moins vulnérables lorsqu’ils interagissent avec le système financier.

Quelles sont les entreprises de fintech qui t’inspirent au niveau global?

Fidor. Il a lancé l’idée de l’open banking. Aussi, Monzo. Ils ont craqué le code sur la façon d’être une banque intelligente. Et M-Pesa: l’inclusion financière à son meilleur.

Quelle est la différence entre bâtir une entreprise de fintech par rapport a une entreprise en dehors de cet écosystème?

En fintech, vous avez trois charges supplémentaires que vous ne trouvez pas souvent dans d’autres industries (sauf peut-être les soins de santé). Tout d’abord, vous opérez dans un espace réglementé. Cela signifie que vous devez intégrer la conformité dans votre produit. Ce n’est pas quelque chose que vous voyez après le fait. Cela ajoute du coût et prend du temps. Deuxièmement, vous demandez beaucoup de confiance à vos clients. Vous manipulez leur argent, pas un album photo. S’ils n’ont pas une excellente raison de vous faire confiance, ils ne le feront pas. Cela rend l’adoption rapide à l’échelle très difficile. Troisièmement, alors que vous avez besoin de penser globalement, chaque pays que vous développez vous oblige à penser incroyablement localement à la suite de leur réglementation. L’expansion économique est souvent très difficile.

Comment décrirais tu l’écosystème des fintechs au Canada à quelqu’un qui ne le connaîtrait pas? Penses tu que le pays devient une force innovatrice dans cet espace?

La Fintech au Canada est un espace intéressant dans son évolution. Nous avons été épargnés par le pire de la crise financière de 2008 en raison de la bonne politique et des banques bien gérées. En conséquence, notre pays a suivi une trajectoire différente depuis. Les Canadiens ont gagné la confiance dans leurs institutions financières par le biais de cette crise, alors que nos voisins aux États-Unis ou au Royaume-Uni ont perdu confiance en la leur. Nos régulateurs ont été salués pour un cadre réglementaire qui a fonctionné, alors que le Royaume-Uni, par exemple, a décidé qu’il était temps d’innover.

Tout cela s’ajoute à un pays qui a historiquement été en retard sur ses pairs quand il s’agit d’innovation en technologies financières, mais l’accélération actuelle est bien réelle. Nous avons de fantastiques joueurs au niveau global comme Wave Accounting, Shopify et Ethereum. À bien des égards, l’entrepreneur fintech canadien vit le meilleur des deux mondes. Nous avons gardé nos emplois et notre argent pendant la crise, mais nous avons construit un moteur des fintechs bien huilé depuis. Mon seul espoir est que nous continuions sur ce cours.

Est-ce que Ferst Digital prévoit de s’étendre au-delà du Canada dans le futur?

Lorsque vous vivez au Canada, vous savez que en tant qu’entreprise, votre monde doit être plus vaste que le Canada. Nous sommes une petite nation (35 millions d’habitants) vivant sur une gigantesque masse terrestre. Nous parlons deux langues et avons plus d’une douzaine de juridictions au sein de la confédération. Vous pouvez être sûr que nous recherchons les chapitres suivants de notre histoire à être racontée dans d’autres pays. Nous serons très canadiens au sujet de la façon dont nous y arriverons: en disant merci et merci à tout le monde sur notre chemin.

Ce texte en français est une adaptation de la version originale anglaise “Eytan Bensoussan on redefining the purpose of a bank” publiée sur BankNXT, le 23 janvier 2017.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store