Entretien avec Julien Brault : comment aider les «millennials» à investir leur argent

Image for post
Image for post

Phil Siarri s’entretient avec Julien Brault, fondateur et PDG de Hardbacon, une startup fintech montréalaise qui a l’ambition d’aider le consommateur moyen à investir son argent.

Bonjour Julien. Parle nous de ton parcours professionnel et ce qui t’a poussé à lancer Hardbacon.

Image for post
Image for post

Je suis un ancien journaliste d’affaires. J’écrivais sur les marchés boursiers, les startups et le capital-risque pour Les Affaires à Montréal. J’ai également brièvement travaillé pour un VC spécialisé en fintech plus tôt cette année. J’ai vu toutes ces innovations se produire autour de prêts à la consommation, les robot-conseillers et les banques, mais les petits investisseurs qui cherchent à investir eux-mêmes ne bénéficiaient pas de cette révolution des fintech. Ainsi, en juin, j’ai lancé Hardbacon dans le but d’aider les millennials à investir leur argent sur le marché boursier.

Depuis le début, l’objectif est de construire une plate-forme de négociation si intuitive que même quelqu’un qui ne sait rien à l’investissement finira par faire la bonne chose, et construire un portefeuille qui a du sens. C’est l’idée derrière l’entreprise. Cependant, nous n’avons pas l’intention de devenir une maison de courtage, car les exigences de fonds propres et le fardeau réglementaire rendent ce type de structure coûteux. Nous prévoyons d’introduire cette plate-forme aux internautes comme un simulateur boursier, permettant ainsi aux gens d’investir seulement du papier-monnaie dand un premier temps. Finalement, nous voulons travailler avec des courtiers réglementés au Canada et dans le monde entier afin de permettre aux gens d’utiliser la plate-forme de négociation Hardbacon pour investir de l’argent réel.

La plate-forme est loin d’être prête pour le moment, mais nous produisons déjà des revenus. Si vous consultez notre site Web en ce moment, vous constaterez que nous comparons les robot-conseillers canadiens et les courtiers à escompte, et nous publions beaucoup de contenu sur les placements. Nous considérons ces activités comme un moyen de valider notre modèle d’entreprise. Pouvons-nous convaincre les investisseurs débutants d’ouvrir des comptes et de commencer à investir? Nous avons déjà prouvé que nous le pouvons : plus d’une centaine de comptes ont été ouverts chez nos partenaires grâce à notre site Web.

Quel est le produit principal de Hardbacon?

N’avez-vous pas peur de diluer votre offre?

Qui est votre marché cible?

Image for post
Image for post

Hardbacon a pu signer plusieurs ententes avec des robot-conseillers canadiens et des courtiers à escompte. Quelles sont les leçons qu tu as tiré de cette expérience?

Étant la capitale économique et le centre financier du Canada, Toronto est de plus en plus mentionnée comme un hub des fintech en devenir. Comment décrirais-tu l’écosystème fintech à Montréal?

En tant que fondateur d’une startup, quels sont les succès dont tu es le plus fier?

Quelles sont tes ambitions pour Hardbacon dans les prochaines années? Avez-vous l’intention d’explorer d’autres marchés au-delà du Canada?

Cet entretien est une traduction de la version originale anglaise publiée le 8 novembre 2016 sur BankNXT.

Written by

Founder of Nuadox | Tech & Innovation Commentator | Digital Strategist | MTL | More about me> psiarri.xyz

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store